Clairs de lune

lucierivet@yahoo.frBy lucierivet@yahoo.fr 2 années agoNo Comments

« Votre âme est un paysage choisiimage
Que vont charmant masques et bergamasques
Jouant du luth et dansant et quasi
Tristes sous leurs déguisements fantasques.

Tout en chantant sur le mode mineur
L’amour vainqueur et la vie opportune
Ils n’ont pas l’air de croire à leur bonheur
Et leur chanson se mêle au clair de lune,

 

Au calme clair de lune triste et beau,
Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres
Et sangloter d’extase les jets d’eau,
Les grands jets d’eau sveltes parmi les marbres.

Verlaine, Fêtes galantes, « Clair de Lune »

http://
Clair de lune de Debussy par Philippe Cassard… par francemusique

 

« Ce que tu fais à cette heure tardive de la nuit? Peut-être assise à coudre dans cette lumière bonne des soirées diligentes, des mains soigneuses, cette foisonnante envie du bon ouvrage qui délie les langues pour un babil bienveillant sous la lampe, et les chaudes pensées gaies qu’on distribue à la ronde à l’absent amical – peut-être à la fenêtre devant un bois de pins sous la lune brillante, tu touches le grand froid minéral qui rôde entre les planètes avec les doigts mouillés de ta main, et tu penses que je suis

loin, derrière cet horizon où s’enfonce un train empenné de ses douces lumières, si enivré de son bruit de fer dans la nuit calme – peut-être un livre me trahit-il dans un battement d’éventail de ces pages tournées dans la fièvre au vent doux d’une chevelure, et des infortunes te bouleversent où rien ne te paraîtrait tout à coup plus malséant que j’aie aucune part – ou bien dans la chambre où tu t’endors, où soudain tout me déserte et t’oriente selon les mystérieux indices du prochain matin, tu coules au milieu de tes rêves dans l’enivrement d’être si seule, et travaille avec des luxes pour les voleurs de nuit toute une ruche de mauvaises abeilles. » Julien Gracq, Liberté grande

Les clairs de lune des plus grands musiciens, peintres et poètes nous ont éclairés hier après-midi à la Lanterne, à l’occasion de la deuxième réunion du cycle d’atelier d’écriture / du salon littéraire Lumière de Plume. 

image

Pour rappel, le thème de la saison hiver-printemps 2015 était : les cinq (6) sens.

Chacun a d’abord écrit un souvenir lié à la lune, puis a pu inventer un court récit dans lequel la lune ait une importance décisive, enfin créer une petite forme courte, suivant des suggestions personnalisées, inspirées par les goûts et les forces de chacun.

Voici quelques creations :image

« Dame blonde,

Lune galette,

gourmandise

Croissant,

berceau,

Maman,

Sans enfants

ton ami Pierrot

Frérot de tous les enfants

sans parents

Chante ton clair de lune

Et c’est des yeux qui s’éclairent et c’est leur coeur qui s’allume. »  Isabelle

« La lune : Ronde opale, jette ses feux, rouges, verts, or, croissant pâle épuisé, pleure, meurt. » Manou

« Le peintre mélangeait les couleurs. De retour de sa promenade le long des canaux, les yeux encore envahis par les reflets sur l’eau clapotante, il travaillait les fondus, l’œuf et d’autres ingrédients pour obtenir l’argent et les bleus subtils, mêlés aux gris profonds pour rendre la forte impression que lui avait fait la lumineuse lune. » Christiane

image« Vous qui étiez ici, oubliez toute espérance même si les chemins de l’enfer sont pavés de bonnes intentions. Abandonnez votre langue maternelle pour entendre celle, frénétique, de la lune, que je suis censé vous traduire sans complaisance. Vous qui êtes entrés ici, soyez sans regret la lune n’éclaire plus que des débris de la planète terre atomisée sous le feu nucléaire. » Yohan

 

« Cadeau de lune

Mon bestiaire fantasque

Venu des nuages » Claire

 

« Jardin extraordinaire. Mélange de couleurs, de parfums, baigné par un clair de lune extraordinaire lui aussi. Les nuances des couleurs sont distinctes. Les coquelicots dominent avec leur rouge éclatant, le seringua enveloppe tout avec son parfum entêtant. Les reines du jardin, les roses se dressent fièrement, sûres de ne pas perdre leur statut de belles fleurs ; même le scintillement de la lune sera leur complice pour accentuer leur beauté. D’autres fleurs respectent la nuit ; elles se sont refermées, endormies, en attendant le jour, la caresse du soleil. Réveil triomphant aussi pour les glycines, qui pendent le long du mur, tout droit sorties d’un poème d’Emile Verhaeren. Quel bonheur d’être seule, à se perdre entre les fleurs ; pourquoi pas devenir fée ou fleur à son tour? » Brigitte

image

« Au début ce sont les ongles qui deviennent griffes. L’iris bleu jaunit, avec des filets de sang traversant. Tout à coup, le froid s’impose, il vient d’on ne sait où. On savait qu’il était poilu de nature, mais il devint velu sur tout le corps. Le plus insoutenable fut son hurlement lorsque la lune apparut » Monique

Le tout sous le haut patronage de Brenda Ueland, à qui les arbres scintillant au clair de lune ne semblent jamais si beaux qu’après une longue marche sans but, « désheurée » …

“C’est seulement au cours des marches un petit peu trop longues que j’ai de nouvelles idées.  Je

comprends aujourd’hui pourquoi : étant presque arrivée chez moi, j’avais abandonné la « volonté », la lutte pour me débarrasser de cette marche. Et une fois que je me trouvais libérée, paresseuse, indolente, je me mettais soudainement à vivre dans le présent, au lieu de me projeter en train de lire le journal, ou de préparer à dîner. Soudain, je voyais comme le soir d’hiver était beau, comme brillaient les arbres au clair de lune, les différentes couleurs des étoiles …

L’égotisme, souvent critiqué comme repli sur soi craintif, peut en réalité être grand, et divin.

En d’autres termes, je découvrais le sentiment poétique. »

Prochaine séance : « Sombres clartés », samedi 11 juin à 14.00.

Categories:
  EcriturePoésie
this post was shared 0 times
 2900

Leave a Reply

Your email address will not be published.