Salon atelier à Rambouillet

lucierivet@yahoo.frBy lucierivet@yahoo.fr 2 années ago

« Un vrai auteur libertaire laisse ses phrases se terminer comme elles veulent et Angélique claqua la porte du petit salon en maudissant le marquis. »  

Aphorismes dans les herbes et autres propos de la nuit, Sylvain Tesson.

 

L’hôtel de Rambouillet est  connu pour les salons que Catherine de Vivonne, marquise de Rambouillet, y tenait ; à cette époque, Catherine, (parfois appelée Arthénice), recevait allongée sur son lit.

DeTroy

« On y parle savamment, mais on y parle raisonnablement et il n’y a lieu au monde où il y ait plus de bon sens et moins de galanterie » écrivait le poète Jean Chapelain à propos de l’hôtel de Rambouillet, qui ne fut pas une société de pédants.

Vous savez peut-être que Molière s’est inspiré de ce salon pour sa pièce des Précieuses ridicules.

Il est pourtant indéniable que l’hôtel de Rambouillet a joué un rôle monumental dans la genèse du roman moderne français ; c’était surtout une forme de modernisme et de féminisme qui donnait le ton aux échanges qu’on y trouvait (que Molière a caricaturé en préciosité).

Je m’inspire pour la tenue de ce salon atelier de l’oeuvre de Brenda Ueland, le best-seller  If you want to write, dont voici un extrait, adapté en français :

 

images (1)« Quand on lit les lettres du peintre Van Gogh, on comprend d’où venait son impulsion créatrice. C’était tout simple : il aimait quelque chose, disons le ciel ; il aimait les êtres humains. Il voulait montrer aux êtres humains à quel point le ciel était beau. Alors il le peignait pour eux. Un point c’est tout (…) au moment où j’ai lu cette lettre de Van Gogh, j’ai su ce qu’étaient l’art, et l’impulsion créatrice. C’est un sentiment d’amour et d’enthousiasme pour quelque chose ; et d’une façon directe, simple, passionnée, vraie, on essaie de montrer la beauté de cette chose aux autres, en la dessinant. Et le petit dessin de Van Gogh sur son petit bout de papier était une œuvre d’art parce qu’il aimait tant ce ciel et ce réverbère frêle qu’il fit son dessin avec la plus grande application, le plus grand soin. Il essaya de le rendre aussi semblable que possible à ce qu’il avait aimé en regardant par sa fenêtre. (…) L’impulsion créatrice de Van Gogh, ce génie absolu, était simplement d’aimer ce qu’il voyait et ensuite d’avoir envie de le partager avec les autres, non pas par vanité, ou pour montrer ce dont il était capable, mais par pure générosité.

Ce qu’il a en lui, vous l’avez tous en vous-mêmes. « 

 

 

 

Categories:
  BlogEcritureHistoire vraie
this post was shared 0 times
 5000